Théophile

Accueil

En savoir plus sur moi

A découvrir (livres, lieux et liens)

Copyright et remerciements

Ma généalogie

Ancêtres préférés

Archives insolites

Camp de Quedlinburg

Cartographie

                                   

Avant toute chose je remercie tout spécialement Marie-Claire (du cgw49) pour le temps qu'elle m'a consacré. Grâce à elle l'énigme a été résolue...

 

Téhophile et sa belle-soeur Marie-Louise

 

 

 

Voici Théophile avec sa belle-soeur Marie-Louise.

 

 

Cette photo était passée inaperçue jusqu'à ce que je voie le numéro 241 sur le col de monsieur...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Théophile Radin est né le 8 octobre 1889 à Pierric (en rouge sur la carte). Puis, il s'installe à Langon.

 

Je suppose qu'il était l'ami de mon arrière-grand-père Armand Agaësse. En effet, Langon est proche du lieu de naissance d'Armand. De plus, ce dernier est parti de Mauron pour aller jusqu'à Ecouflant. Autre "petit détail", Armand est témoin au mariage de Théo. Ajoutons aussi que l'un des fils d'Armand aura pour deuxième prénom Théophile. On peut donc dire, sans grande chance de se tromper, que Théophile et Armand étaient amis et qu'ils ont épousé deux soeurs...

Suzanne

 

 

Il se fiance avec Suzanne Guilmeaux (la fille de Marie-Louise Oger et de François-Pierre ).

Mais la Première Guerre Mondiale éclate.

Théo part donc aux tranchées avec le 241ème régiment d'infanterie. Il y est adjudant.

Pour voir les dispositions et lois militaires (crimes, peines...), cliquez ici.

 

Il écrit quelquefois à Marie-Louise.

La plupart de ses "lettres" sont très courtes!

30 mai 1915  le 30 mai 1915,25 juillet 1916

le 25 juillet 1916,

12 septembre 1916 le 12 septembre 1916,

 

Le 23 septembre 1916, le lieutenant colonel Vannière, commandant le 241ème Régiment d'Infanterie, lui accorde une permission.... Le 4 octobre 1916, Théo se marie à Angers avec Suzanne Guilmeaux (voir acte ci-contre).

 

Sa dernière carte toujours destinée à Marie-Louise  (sa belle-mère qu'il appelle ici "maman") est datée du 30 décembre 1916 . Elle est beaucoup plus longue et reflète bien son état d'esprit:

après son mariage, le 30 décembre 1916

 

Bien peu d'hommes de son régiment reviendront... Si peu, que le 22 mai 1917, le 241ème est disloqué. Notre Théo sera versé dans le 7ème régiment d'infanterie (photos ci-dessous). Ce dernier a subit et subira de très grandes pertes.

7ème RI

 Source: http://perso.wanadoo.fr/chtimiste/

7ème RI

Source: http://perso.wanadoo.fr/chtimiste/

Le parcours de Théo...

carte de France

Grâce aux historiques de régiment j'ai pu retracer (approximativement) le parcours de Théo.

En bleu il s'agit des lieux d'affrontement. Le trajet en rouge reprend la route possible des restes de Théo de Sarrebourg jusqu'à Angers.

 

 

Théo,  prisonnier de guerre!

Théo est fait prisonnier par les Allemands après son versement dans le 7ème R.I. Il est  blessé.

prisonniers de guerre français blessés

Source: http://prisonniers-de-guerre-1914-1918.chez.tiscali.fr/divers.htm

Après un trajet en train nous retrouvons notre homme dans le camp de prisonniers de Quedlinburg, en Allemagne.

Nous n'avons hélas aucune lettre de Théo durant son internement.

Tout ce que l'on sait se résume en :

-une simple date en marge de l'acte de naissance de sa femme: 29 septembre 1917 (merci Marie-Claire!)

- une autre date (inscrite lors du remariage de Suzanne) "veuve de Théophile Radin, depuis le trente un août, mil neuf cent dix huit"...

- sa fiche conservée par le Ministère de la Défense

 

acte d'exhumation

- un acte d'exhumation  facture des pompes funèbres générales

 

 

- une facture des Pompes Funèbres Générales

 

 

On apprend ainsi que Théo fut fait prisonnier, probablement le 29 septembre 1917. Le 31 août 1918 il meurt des suites de blessures de guerre et de pleurésie contractée en captivité, au lazaret de Quedlinburg.

Après quelques longues recherches, j'ai retrouvé la retranscription du jugement qui lui tient lieu d'acte de décès (à Redon). Malheureusement, on n'y trouve pas de nouvel indice.

jugement

On sait qu'il fut exhumé le 24 décembre 1925. Ses restes parvinrent à la gare de Sarrebourg (Moselle) avant de rejoindre la gare Saint Laud à Angers.

 Cependant, nous ne savons toujours pas à ce jour, où il fut inhumé pour la seconde et dernière fois.

La guerre a fait des millions de morts. Bien peu de familles retrouvent le lieu d'inhumation de leurs parents. Et un très faible pourcentage de corps ont été exhumés et rapatriés...