François-Pierre

Accueil

En savoir plus sur moi

A découvrir (livres, lieux et liens)

Copyright et remerciements

Ma généalogie

Ancêtres préférés

Archives insolites

Camp de Quedlinburg

Cartographie

                                   
Au pouvoir Dates historiques
François-Pierre a vécut sous :

- le Second Empire ( Louis-Napoléon Bonaparte)

- la 3ème République (Adolphe Thiers, Patrice de Mac-Mahon, Jules Grévy, Sadit Carnot, Jean Casimir-Perier, Félix Faure, Emile Loubet et Armand Fallières)

 

1870 : guerre contre la Prusse

9 novembre 1873 : vote du septennat

1894 à 1906 : affaire Dreyfus

François-Pierre petit

 

 

François-Pierre Guilmeaux est né le 28 juin 1860 à Briollay (Maine et Loire). Son père est originaire de la Mayenne (Izé) mais il a été muté dans le Maine et Loire. Il était en effet facteur rural. Un de ses arrière-arrière-grand père s'appelle Sébastien Paturel.

 

 

A son entrée dans l'armée François-Pierre fait 1m73. Il a les cheveux et les sourcils blonds, les yeux gris, le front couvert, le nez long, la bouche moyenne, le menton rond, le visage allongé et a des taches de rousseur (selon la description de son carnet militaire).

Il se marie le 24 avril 1884 à Tiercé avec Marie-Louise Oger. Ils auront ensemble 5 filles dont Georgette, et Suzanne (la femme de Théo).

Nous savons grâce aux lettres de Fernando qu'il est facteur rural à Tiercé mais aussi à Ecouflant.

Pour vous aider à vous situer voici une petite carte:

François-Pierre en tenue

 

 

 

Sur cette photo, nous le voyons en uniforme avec sa sacoche et son bâton.

 

 

 

 

Mais à quoi sert ce dernier? Le facteur rural se déplace à pied. Ce bâton est donc un soutien pour lui et peut même servir, à l'occasion, de moyen de défense.

C'est un dur métier que le sien. Par tous les temps, qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il fasse une chaleur écrasante, le courrier doit être apporté. 

N'oublions pas que sa sacoche est pleine...

"Que contient, en effet, cette sacoche? Que vient-il faire dans notre village? Suivez-le du regard, et bientôt vous le verrez apporter de maison en maison, à l'un une lettre contenant des nouvelles d'un parent, remettre à l'autre un journal qui donne les nouvelles publiques et dont on fera la lecture à haute voix en famille. Sa distribution terminée, il se dirige vers la boîte aux lettres, dans laquelle ont été déposées les correspondances qu'il doit emporter au bureau de poste voisin, pour être ensuite acheminées vers leurs destinations. Il recueille les lettres trouvées dans cette boîte, les marque d'un timbre fixé à l'intérieur qui indique la commune d'où elles viennent. Il prend également l'empreinte de ce timbre sur sa feuille de route, pour justifier qu'il a fait son service. Puis il referme la boîte, après avoir manoeuvré un petit appareil qui indique à tous que la levée est faite, et il s'éloigne pour aller remplir le même office dans les villages voisins.
Le facteur peut encore vous rendre d'autres services : par exemple, il vous vendra des timbres-poste pour affranchir les lettres que vous avez à expédier. Il se chargera encore de faire parvenir à destination, au moyen d'un mandat poste, la somme d'argent que vous destinez à un frère qui est soldat ou à un ami."

Mais pour quel salaire fait-il tout ça?

"Les facteurs ruraux sont rétribués à raison de 7 centimes 1/4 par kilomètre parcouru. Une tournée moyenne comportant un parcours quotidien de 29 km, le traitement moyen du facteur rural est par conséquent de 770 F par an.. Ils reçoivent en outre une " haute paye " annuelle de :

  • 25 F après 5 ans de service
  • 50 F après 10 ans de service
  • 100 F après 15 ans de service
  • 150 F après 20 ans de service
  • 200 F après 25 ans de service

C'est par ses soins aussi que votre instituteur transmettra au bureau de poste vos petites économies pour les placer à la Caisse Nationale d'Epargne. Vous devez comprendre, à présent, le rôle modeste mais essentiellement utile que joue le facteur rural dans la grande administration dont il fait partie. C'est lui qui sert d'intermédiaire à chacun, dans les relations sociales indispensables entre hommes civilisés.
Aimez donc ce digne serviteur du pays. C'est à juste titre que vous le nommez le " piéton " car les distances qu'il parcourt à pied, dans le cours de sa laborieuse carrière, présentent, additionnées, sept à huit fois le tour de la terre (un facteur chargé d'une tournée de 29 kilomètres par jour, parcourt annuellement 10585 km ; certains facteurs accomplissent journellement des tournées de 32 km, soit par an 11 680 km et pour 25 années de service, leurs parcours s'élèvent à 292000 km )"

Par rapport à maintenant?

  • "En 1890 : (0,0725 F x 29 km) + (150F pour 20 ans de service, divisés par 360 jours) = 2,5 F/jour
    La valeur d'affranchissement pour une lettre était de 15 centimes.
    En fin de journée, le facteur avait comme salaire l'équivalent de 17 timbres
  • En 1995 : 6000 F divisés par 30 jours x 2, 80 F, prix du timbre actuel = 71 timbres "

Les passages entre guillemets sont extraits du site http://www.chez.com/christianremy/1-corbieres/poste-facteur.htm

 

Le 11 janvier 1908, après 27 ans, 6 mois et 13 jours de service François-Pierre touche une pension de 615 francs.

Il n'en profitera hélas pas longtemps puisqu'il meurt le 7 octobre 1908 à Angers. La messe sera prononcée 2 jours plus tard à Saint Serge. François-Pierre repose au cimetière de l'Est.